En Direct

« La Fresque » pour raviver la flamme de la culture en Côte d’Ivoire

ARTS, CULTURE ET SPECTACLES

« La Fresque » pour raviver la flamme de la culture en Côte d’Ivoire

Les travailleurs du Bureau national d’études techniques et de développement (BNETD) ont eu droit le 26 septembre 2018, à leur siège, à Cocody, à la 3ème édition du spectacle culturel « la Fresque ».
« La Fresque » pour raviver la flamme de la culture en Côte d’Ivoire
« La Fresque » pour raviver la flamme de la culture en Côte d’Ivoire
La troupe de danse « Zrakoipié » a émerveillé le public du BNETD (Ph DR).

Le constat est plus que frappant : la culture est en perte de vitesse en Côte d’Ivoire surtout au sein des entreprises. Pour raviver cette flamme culturelle « agonisante »,  les « Editions Maïeutique » dirigées par le poète, musicien et  écrivain Yahn Aka ont inventé « la Fresque ». Un spectacle culturel alliant littérature, peinture, théâtre, danse et musique, le tout agrémenté par des échanges autour d’une œuvre littéraire, dans le style d’un café littéraire.

L’objectif visé par Yahn Aka, l’initiateur de ce spectacle multi-genre, est de promouvoir « de façon subtile »  la littérature en particulier et la culture en générale, au sein des entreprises. Car selon lui, « les contraintes professionnelles des travailleurs en semaine et leurs occupations familiales pendant les week-ends les obligent à être très souvent absents des activités culturelles».

Le 26 septembre 2018, ce sont les travailleurs et travailleuses du Bureau national d’études techniques et de développement (BNETD) qui ont profité de la 3ème édition de cette fresque avec la bénédiction de l’association des femmes du BNETD (AFEM-BNETD), partenaire de l’évènement. Cela, autour de l’œuvre littéraire « Des femmes et des omelettes » de l’écrivaine, Awa Bâ.

Le spectacle débute par une prestation de danse endiablée de la troupe « Zrakoipié », soutenu par des rythmes du terroir ivoirien. S’en suivent des déclamations de textes poétiques, inspirés du livre du jour. Ces poèmes ‘’slamés’’ par de jeunes étudiants, abordent sans fioritures, les thématiques de l’excision, du viol et de la drogue, des fléaux encore fortement rependus au sein de la société ivoirienne.

La troupe de théâtre « Yékandjo »  qui ensuite monte sur scène, avec des acteurs de talent et une mise en scène irréprochable, permet à la centaine d’invités de se tordre de rire, mais aussi d’être sensibilisé sur les conséquences néfastes de l’infidélité dans le mariage et des relations amoureuses dans le milieu professionnel.

Yahn Aka à la guitare acoustique et le professeur de musique à l’INSAAC, Emmanuel Damo au saxophone, font eux aussi vibrer le public avec des notes musicales sublimes, qui ont, à coup sûr, permis aux travailleurs du BNETD de ‘’s’évader’’ et d’évacuer, tout ou une partie du stress, engendré par leur vie professionnelle souvent mouvementée.

« La Fresque » prend fin par des dédicaces et des échanges autour de l’œuvre d’Awa Bâ. L’écrivaine exhorte les femmes à être de véritables leaders, avec des idées, des actions et des prises de position allant dans le sens de leur autonomisation, afin de changer de façon positive la société ivoirienne.

ARSENE YAPI


 


Source: JDE | publié le 01 Oct 2018

0 Commentaire(s)

Poster un commentaire